baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Rencontrer le grand amour > Chapitre 15 : Mise au point

Chapitre 15 : Mise au point

Titiasyl, samedi 6 septembre 2014

Il avait un pas rapide mais rigide, comme témoignant de sa colère. Il savait que son épouse allait s’occuper parfaitement de Samantha, étant donné qu’elle l’appréciait beaucoup, et se concentra uniquement sur Darragh.
Connaissant son fils, le patriarche se doutait bien qu’il le trouverait dans le salon alors que celui-ci avait dû prendre son petit-déjeuner seul.
Arrivé dans la pièce, Richard vit son ainé en train de lire son journal, l’air tranquille. Mais le patriarche remarqua alors un détail chez Darragh qu’il n’avait absolument pas remarqué lorsqu’ils étaient tous à table. Celui-ci affichait un air fier, voire même hautain.
Darragh était assis sur un fauteuil et n’avait pas remarqué la présence de son père dans le salon.
Soudainement, le journal fut envoyé dans la cheminée alors que l’homme se sentit attrapé par le col de sa veste.
- « Mais…. Mais…. Lâchez-moi, père ! » gronda Darragh en essayant de se libérer de l’emprise du patriarche.
Richard ne se donna même pas la peine de répondre alors qu’il traina son fils dans son bureau afin de pouvoir être tranquille mais surtout à l’abri des regards.
- « Mais enfin, où me trainez-vous ainsi ? » râla l’homme en trainant des pieds comme il le pouvait « Répondez-moi ! »
Le vieil homme choisit de ne pas répondre à son fils car il refusait d’exploser de colère dans le couloir. Il ne pouvait de permettre de se montrer en spectacle devant ses domestiques.
Une fois dans le bureau, le patriarche ferma la porte alors qu’il n’avait toujours pas desserré les dents. Une fois isolés, il laissa éclater sa colère.
- « Je t’avais interdis de toucher Samantha comme tu l’as fait la nuit dernière ! » hurla Richard en collant son fils contre le mur et le maintenant par un bras sur la gorge.
- « C’est ma fiancée ! Je fais ce que je veux d’elle, y compris le plaisir charnel ! » hurla à son tour Darragh en essayant de se défaire de l’emprise de son père.
- « Elle est peut-être ta fiancée mais c’est moi qui commande dans cette maison, ne l’oublie pas ! » rappela le patriarche alors que sa fureur était toujours à son comble avant d’ajouter « Je t’ai ordonné plusieurs fois d’attendre la nuit de noce pour consommer votre union. Ne m’oblige pas à me répéter ! »
- « Sinon quoi ? » ricana Darragh avant d’ajouter « Je serai puni ? »
Le vieil homme maintenait toujours son fils contre le fils alors qu’il l’étranglait en partie avec son bras.
- « Tout à fait ! » sourit Richard d’un air mauvais « Et la punition sera à la hauteur de la faute. »
- « Laissez-moi deviner. Je serai privé de repas ? De journal peut-être ? » fit le fils ainé en se moquant ouvertement de son père.
- « Puisque tu ne m’écoutes pas, j’annule les fiançailles. » annonça le patriarche en regardant son fils dans les yeux.
Richard eut la satisfaction de voir Darragh blêmir jusqu’à devenir presque transparent.
- « Bien entendu, cela s’accompagnera d’une expulsion définitive de ma demeure ! Tu n’es pas digne de vivre ici. » ajouta le vieil homme, fier de son effet.
- « Quoi ? Mais… Vous n’oseriez pas faire cela ! » fit le fils ainé, outré et blanc comme un linge.
- « Oh que si, j’oserai ! » gronda Richard en le toisant du regard.
- « Père, s’il vous plait... » supplia Darragh dépité « N’annulez pas les fiançailles et je vous promets de ne plus violenter Samantha. »
- « Non seulement de ne plus la violenter de même que la toucher, lui hurler dessus et la mettre plus bas que terre. » rectifia le patriarche, ses yeux plongés dans ceux de son fils.
- « C’est vous qui prenez les décisions, père. »
- « Et pour ta gouverne, c’est la dernière fois que je t’avertis ! La prochaine fois, je mettrai ma menace à exécution et annulerai les fiançailles avec Samantha. »
- « Mais … »
- « Suffit ! « s’énerva le patriarche « Maintenant, quitte mon bureau et sur le champ ! »
- « Père, vous… » commença Darragh afin de plaider en sa faveur.
- « Hors de ma vue ! » gronda Richard « Va lire ton journal et fais-toi oublier ! »
- « Vous avez brulé mon journal ! » râla le fils ainé en toisant son père du regard.
- « Eh bien, va en ville en racheter un ! » hurla le patriarche, excédé par son comportement « Mieux encore. Disparais de cette maison pour la journée. Ça nous fera du bien ! »
Devant la colère de son père, Darragh battit en retraite et quitta la maison rapidement afin de rejoindre le centre-ville.
- « Mieux vaut que je me fasse oublier pendant un bon moment ! » pensa l’homme en marchant dans la rue « Il vaut mieux que j’évite également la maison close. Sinon, je risque d’être sanctionné par père. »
De son coté, Richard avait pris place derrière son bureau alors qu’il avait des dossiers devant lui.
- « Franchement, je me demande pourquoi Darragh est comme cela ! » se dit le patriarche à lui-même « Il est si différent de son frère. »
Le vieil homme se remit à son travail alors que les évènements du matin lui avaient complètement coupé l’appétit.
Alors qu’il était concentré sur ses comptes, des coups retentirent contre la porte d’entrée.
Se doutant que cela devait être le médecin, Richard se leva rapidement et alla ouvrir.
- « Bonjour Docteur. Merci d’être venu si rapidement. » fit le patriarche en faisant entrer l’homme de sciences.
- « Bonjour Monsieur O’Neill. » sourit le médecin « C’est bien normal que je vienne rapidement. Vous ne me faites jamais venir pour rien. »
Ils se sourirent, se connaissant depuis longtemps, puis Richard commença à lui expliquer la situation.
- « Samantha a passé la nuit dehors sous l’orage, simplement vêtue d’une tenue de nuit. » dit Richard « Elle est brulante de fièvre et semble avoir du mal à respirer. »
- « Pardonnez-moi, monsieur O’Neill. » s’excusa le médecin « Mais qui est Samantha ? »
- « C’est une jeune fille que j’ai recueillie il y a peu de temps. » expliqua le patriarche, pensif.
- « Oh, très bien. Je comprends mieux sa présence ici. » sourit l’homme de sciences. « Comment se fait-il qu’elle se soit retrouvée dehors par un temps pareil ? »
- « Un différend avec mon fils. » soupira Richard
- « Darragh est vraiment particulier comme homme. » soupira à son tour le médecin.
Le patriarche ne répondit pas à cette affirmation et les deux hommes se rendirent dans la chambre de Samantha alors que celle-ci avaient besoin d’un traitement au plus vite.
Le temps du trajet, Richard sembla perdu dans ses pensées et se posa un certain de nombre de questions alors qu’à présent, même les gens de l’extérieur voyaient à quel point son fils était… particulier.

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?