baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > OS > OS Divers > A deux doigts de la mort

A deux doigts de la mort

Titiasyl, lundi 22 avril 2013

Auteur : Titiasyl

Beta : Angelgym34

Série : Stargate SG1

Genre/Pairaing : Romance.

Résumé : Sam, Jack et une histoire de humm

Saison : 7 (Jack est colonel, Sam est major, Janet est décédée, Sam est avec Pete).

Disclaimer : Les personnages de la série appartiennent aux créateurs et à la MGM

Note de l’auteur :
Petite idée qui m’est venue comme ça.

********************

SG1 était partie en mission sur une planète afin d’aider des villageois à se défaire du joug du seigneur goa’uld en place. Ceux-ci étaient exploités afin d’extraire toujours plus de naquadah du sol.

Au final, cette mission avait été très éprouvante. En effet, les membres de SG1 avait été rapidement faits prisonniers par des jaffas puis attachés à des poteaux sur la place centrale du village. Le seigneur goa’uld voulait faire un exemple et éteindre la rébellion villageoise une bonne fois pour toute.

Ce fut Sam qui fut abattue par un jaffa. Mais le goa’uld avait oublié un détail. Sur cette planète, toutes les femmes étaient sacrées. Toucher une femme contre sa volonté était considéré comme un crime alors en tuer une était vu comme une abomination.

L’exécution de la jeune femme ne fit qu’enflammer la colère des villageois et la révolte n’en fut que plus violente. Devant cette masse humaine et voyant ses jaffas se faire tuer les uns après les autres, le seigneur n’eut d’autre choix que de fuir.

Les villageois allèrent détachés les membres de SG1 et Jack se précipita vers le corps de son second.

- « Sam…. » gémit Jack en tombant à genoux sur le sol et la prenant délicatement dans ses bras.

- « O’Neill. Je suis désolé. La perte du Major Carter est énorme mais nous devons ramener sa dépouille sur Terre. » annonça doucement Teal’c.

- « Pourquoi elle ? » pleura Jack en serrant la jeune femme un peu plus dans ses bras.

- « Parce qu’elle a osé lui tenir tête. » répondit un villageois.

- « Qui êtes-vous ? » cracha le militaire.

- « Je me nomme Olar et je suis le guérisseur de ce village. Vous nous avez aidés alors que vous ne nous connaissiez pas. Maintenant, c’est à nous de vous aider. » dit Olar.

- « Comment ? » répondit Daniel voyant que Jack était incapable de le faire.

- « Portez le corps de votre amie dans ma hutte et je procèderai au rituel de vie. »

- « Le rituel de vie ? Qu’est-ce que c’est ? Et en quoi ça consiste ? » fit Daniel, très curieux.

- « Je vais ramener votre amie à la vie. La façon de faire ne se transmet que de guérisseur en guérisseur alors vous comprendrez que je ne peux répondre à votre curiosité. » répondit Olar.

Jack refusa de lâcher Sam et ce fut lui qui porta son corps jusque dans la hutte d’Olar. Sur la demande du guérisseur, Teal’c et Daniel sortirent de la hutte mais Jack refusa de quitter son amie.

- « Hors de question que je sorte. » se braqua Jack.

- « Je ne peux réaliser le rituel en votre présence et le temps nous est compté. Veuillez sortir. » ordonna Olar.

- « Il n’en … » commença le colonel, en colère.

- « O’Neill, cessez de faire l’enfant et venez ici que le guérisseur puisse faire son travail. » dit Teal’c, impassible.

- « Teal’c, Je refuse de sortir d’ici… »

- « Très bien O’Neill. » fit le jaffa.

Jack sourit devant l’abdication de son ami et reporta de nouveau son regard sur Sam. Avant même qu’il est pu faire quoi que ce soit, il se retrouva sur l’épaule du jaffa et hors de la hutte.

- « Maintenant, O’Neill, laissez ce guérisseur faire son travail. Sinon c’est avec un corps sans vie que nous repartirons sur Terre. » ordonna Teal’c, trop impassible au gout du militaire.

Jack préféra ne pas répondre et dut attendre nerveusement à l’extérieur de la hutte.

- « Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh » entendit-on hurler à l’intérieur.

- « Saaaam !! » cria Jack à son tour.

- « Restez ici O’Neill. Le guérisseur viendra nous chercher quand il aura terminé. » dit Teal’c en empêchant le militaire de pénétrer dans la hutte.

- « Mais T… » commença le colonel.

- « Il ne faut pas interrompre le rituel, Jack. Sinon, nous ne reverrons pas Sam vivante. » expliqua Daniel pour essayer de le calmer.

- « Mieux vaut pour vous que tout se passe bien. » râla Jack.

Les deux autres membres de SG1 préférèrent se taire, voulant éviter un Jack O’Neill encore plus en colère.

L’attente fut longue et parut interminable aux terriens. Une heure après leur sortie de la hutte, ils virent leur amie sortir à son tour, perdue mais vivante.

- « Sam, comme nous sommes heureux de vous voir en vie. » rit Daniel en prenant la jeune femme dans ses bras.

- « Ben alors, on faisait la sieste Carter ? » dit Jack, un léger sourire.

- « Je n’comprends pas vraiment tout ce qu’il s’est passé. » répondit Sam, perdue.

- « Quel est votre dernier souvenir Major Carter ? » demanda Teal’c.

- « On était prisonniers et attachés aux poteaux sur la place du village. Après, je me souviens du jaffa et de son arme, d’une douleur à la poitrine et c’est tout. » énuméra Sam en réfléchissant.

- « Alors pour vous expliquer un peu, vous … » commença à dire Daniel.

- « Ben il vous a abattue en fait, leur guérisseur vous a ramenée à la vie avec un rituel. Voilà, c’est tout. Maintenant, on rentre au SGC. » le coupa Jack.

Jack leur fit signe de passer devant lui puis se dirigea lui-aussi vers la porte des étoiles.

- « Et en silence la marche. » grogna Jack.

Le militaire remarqua rapidement que Sam était déçue par son comportement. Mais s’ils lui racontaient tout ce qu’il s’était passé pendant sa mort, comment ferait-il après ?

De son coté, la jeune femme marchait près de Daniel.

- « Sam ? Tout va bien ? » demanda l’archéologue inquiet.

- « Oui Daniel, ne vous en faites pas. » répondit la jeune femme en souriant faiblement.

- « Vous êtes déçue du comportement de Jack. N’est-ce pas ? » répliqua Daniel.

- « Mais non. Pourquoi serai-je déçue ? Je ne suis que son second alors il a eu la réaction qu’il fallait. » répondit Sam.

- « Pffff. Vous êtes épuisants tous les deux. « souffla l’archéologue en s’éloigna vers le DHD.

Daniel composa les coordonnées de la Terre puis le code et ils traversèrent tous le vortex.

- « Bienvenue à la maison SG1. Tout s’est bien passé ? » demanda le général Hammond.

- « Si on peut dire ça. On a été fait prisonniers, Carter est morte, elle a eu droit à une séance du guérisseur du village et maintenant, ben elle est vivante. Infirmerie puis débriefing mon général ? » dit Jack, d’un air nonchalant.

- « Tout à fait Colonel. » répondit Hammond.

- « Après-vous les gars, Carter. »

Les trois membres de SG1 se dirigèrent vers l’infirmerie pour la visite alors que Jack restait en salle d’embarquement avec le général.

- « Mon général, je souhaiterai m’entretenir avec vous avant la visite à l’infirmerie. »

- « Allons dans mon bureau dans ce cas. »

Une fois les deux hommes arrivés, le général prit place derrière son bureau. Jack ferma la porte derrière lui afin de les isoler du reste de la base.

- « Je vous écoute Colonel. »

- « Monsieur, j’ai une question à vous poser. Si jamais deux de vos officiers envisageaient d’avoir une relation autre que professionnelle, que feriez-vous ? » demanda Jack, inquiet de la réponse.

- « Rien du tout pour la simple raison que vous et le major Carter avait le droit d’avoir une relation amoureuse si vous le désirez. » sourit Hammond.

- « Rien du to… Pardon ? Carter et moi ? » réagit le militaire.

- « J’ai demandé une dérogation pour vous deux lorsqu’elle a commencé à sortir avec ce policier. J’étais sûr que vous finiriez par être jaloux. Je suis juste navré qu’il ait fallu qu’elle meurt pour que vous vous en soyez rendu compte. » expliqua le général.

- « Je ne vois même pas pourquoi je suis venu vous demander ça alors qu’elle croit que je ne la vois seulement comme mon second. J’ai vu son regard déçu tout à l’heure. »

- « Mon dieu, mais c’est pas vrai. Vous êtes sûr de connaitre un minimum les femmes Jack ? » fit Hammond atterré. « Si vraiment elle ne ressentait rien pour vous, elle n’aurait pas été déçue. Au contraire, elle s’en serait moqué comme de sa première chemise. Par contre, vous allez avoir du boulot pour vous faire pardonner. »

- « Je le crois bien monsieur. » comprit enfin Jack.

- « Maintenant, allez à l’infirmerie et ensuite briefing. » ordonna Hammond.

- « A vos ordres Monsieur. »
Jack se leva et quitta le bureau au pas de course. Sa visite à l’infirmerie fut rapide et il ne râla même pas pour la piqure. Après cela, il repartit en salle de briefing retrouver son équipe, qui devait l’attendre depuis un petit moment maintenant.
Le briefing fut bref et rapide. Jack expliqua ce qu’il s’était passé, de leur capture à leur sauvetage par les villageois puis le rituel de vie effectué sur Sam. Il ne mentionna pas les réactions qu’il avait eues devant la dépouille de la jeune femme et Daniel, refroidi par son regard, ne rentra pas dans les détails non plus.
- « Bien, vu que tout est dit, le débriefing est terminé. Vous avez une semaine de repos. Rompez. » fit le général Hammond en se levant pour rejoindre son bureau.
Avant même que les garçons aient pu faire le moindre geste, Sam se leva précipitamment et partit presque en courant. À sa façon de faire, jack comprit qu’il l’avait blessée bien plus que ce qu’il pensait.
- « Jack, pourquoi n’avez-vous pas raconté tout ce qu’il s’était passé sur la planète ? » demanda Daniel.
- « Ça n’avait pas à figurer dans le rapport de mission et Hammond n’avait pas besoin de le savoir. » répondit le militaire, assez sèchement.
- « Ça je peux bien comprendre. Mais pourquoi avoir agi ainsi avec Sam ? Elle a le droit de le savoir. » continua l’archéologue.
- « Oui, elle a le droit de le savoir. Mais pas sur cette planète et encore moins à la base Daniel. Et puis elle a fait sa vie avec ce policier alors… »
- « Mais vous êtes vraiment stupide. Si elle est blessée ainsi, c’est parce qu’elle tient à vous. Elle n’est avec ce type que parce qu’elle ne peut pas vous avoir, rien de plus. Elle ne veut pas finir seule et sans enfant, Jack, alors elle se construit une vie par défaut. » expliqua Daniel.
- « En effet O’Neill. Depuis que le Major Carter est avec cet homme, je n’ai plus vu ses yeux briller de bonheur. » ajouta Teal’c.
- « Allez-lui parler Jack. Cela vous fera du bien à tous les deux. Et Sam m’a dit que Pete ne rentrerait qu’en début de soirée aujourd’hui. » dit Daniel.
- « Je vais me changer et je file chez elle dans ce cas. A plus tard les gars. » répondit Jack, en filant vers les vestiaires.
Une fois habillé en civil, le militaire quitta les vestiaires et se dirigea vers l’ascenseur afin de monter à la surface et récupérer sa voiture.
Arrivé devant son véhicule, il déverrouilla les portières et s’installa derrière le volant. Après avoir mis le contact, il roula vers la sortie puis vers la maison de son second. Au bout d’un trajet d’une vingtaine de minutes de route, Jack se gara devant chez Sam. Il coupa le contact puis descendit du véhicule et verrouilla les portes à distance.
Le militaire remonta l’allée pour arriver devant la porte et appuya sur le bouton de la sonnette. Il espérait simplement que la jeune femme accepte de parler avec lui.
- « Que voulez-vous Monsieur ? » demanda Sam après avoir ouvert la porte et constaté la présence de son supérieur.
- « Je voudrai vous parler s’il vous plait. » répondit Jack, triste de voir la jeune femme les yeux rougis.
- « De quoi ? » fit Sam, un peu plus énervée.
- « De la mission. »
- « Tout a été dit au débriefing, monsieur. Pas besoin d’en rajouter. »
- « Tout n’a pas été dit. S’il vous plait, pourrait-on en parler à l’intérieur ? » implora Jack.
- « Entrez. » souffla la jeune femme. « Vous avez cinq minutes ».
Sam s’installa dans le fauteuil afin d’être sûre que Jack ne prendrait pas place à côté d’elle.
- « Je suis désolé, Sam. Pour la façon dont je vous ai parlé à votre sortie de la hutte puis à la base. » s’excusa sincèrement le militaire.
- « Vous n’avez pas à vous excuser. Je ne suis que votre second, monsieur. » s’attrista la militaire.
- « Vous êtes bien plus que mon second, Sam, et vous le savez. Quand je vous ai vu sans vie, j’ai cru que le monde s’écroulait autour de moi. C’est la première fois que j’avais aussi mal au cœur depuis 8 ans. » expliqua Jack.
- « Monsieur ? » s’étonna Sam.
- « Moi c’est Jack. Je ne suis pas là en tant que supérieur. » dit le militaire. « Je suis là pour vous dire ce qu’il s’est passé sur cette planète pendant votre mort. »
- « … »
- « Ce sont les villageois qui nous ont détachés et je me suis précipité vers vous. Quand leur guérisseur nous a parlé de ce rituel, j’ai refusé de vous lâcher et je vous ai portée jusqu’à la hutte moi-même. »continua Jack en prenant finalement place sur la table basse, juste devant Sam.
- « Oh… » fit Sam en laissant une larme rouler le long de sa joue
- « Le guérisseur voulait pas qu’on reste avec vous et nous sommes donc sortis tous les trois. Enfin, les gars de leur plein gré car moi, je suis sorti sur l’épaule de Teal’c et il ne m’a pas laissé le choix. » sourit Jack.
- « Et ...après ? » demanda la jeune femme.
- « On a attendu une bonne heure je pense et puis vous êtes sortie. Après, j’n’ai pas été très sympa et j’en suis vraiment désolé. » répondit Jack en prenant les mains de Sam dans les siennes.
- « Pourquoi ? »
- « Je n’sais pas. Je suppose que j’ai eu du mal à faire face à ce que je ressentais et venais de comprendre. »
- « Vous aviez besoin de temps… » pleura un peu plus la jeune femme.
- « Je le pense oui. » répondit Jack.
Sam ne répondit pas et se contenta de sourire à l’homme en face d’elle en laissant parler son regard à sa place.
- « Oh, Sam. Je sais qu’il est certainement trop tard mais si vous saviez à quel point je vous aime. » avoua Jack en posant sa main sur la joue de la jeune femme. « Je ne veux que votre bonheur même si cela doit être dans les bras d’un autre homme. »
Entendre cet aveu de la bouche du militaire fit pleurer la jeune femme. Sept longues années qu’elle attendait ça.
- « Il n’y a qu’avec vous que je serai heureuse, Jack. C’est vous que j’aime depuis sept ans et que j’aimerai toujours. » répondit Sam en pleurant de joie.
Pete était heureux de rentrer après une dure journée de travail. Il allait pouvoir passer la soirée avec sa petite-amie. Quelle ne fut pas sa surprise d’entendre des voix provenir du salon. Lorsqu’il entendit la conversation, son sang ne fit qu’un tour.
- « Espèce de sale garce ! Comment oses-tu me faire ça ? » hurla l’homme à l’encontre de Sam.
- « Pete ? Tu es rentré plus tôt que prévu. » dit Sam en se relevant du fauteuil.
- « Ça te gène ? Tu veux que je repartes pour que tu puisses te laisser culbuter par ton supérieur et avoir un grade supplémentaire ? »
- « Je t’interdis de me parler comme ça. » cria Sam pour le faire taire et se rapprochant du policier.
- « Je te parle comme je veux. Tu n’es vraiment qu’une salope. » hurla Pete en giflant Sam.
- « Hey !! Salopard, ne la touche pas. » s’énerva Jack.
- « Ça te plait pas le vieux ? T’en veux une aussi ? » rigola le flic.
- « Je vais t’apprendre à respecter les autres. » grogna le militaire.
Avant que Pete n’ait eu le temps d’esquisser un geste, Jack lui envoya son poing dans le visage. D’autres coups suivirent jusqu’au moment où le militaire attrapa le policier par le col de la chemise et le traina hors de la maison. Jack lui fit descendre les escaliers puis le lâcha dans l’herbe sans la moindre douceur.
- « Je ne veux plus jamais te revoir Pete. C’est fini entre nous. » lui dit Sam, la main sur sa joue endolorie.
- « Je reviendrai. Je ne vais pas en rester là, tu es à moi. » ragea le policier.
- « Elle n’appartient à personne. » s’énerva Jack en frappant une nouvelle fois le type. « Et si je te vois l’approcher, lui parler ou la suivre, je te refais le portrait et même ton dentiste ne reconnaitra pas tes empreintes dentaires. Clair ? »
- « Très clair. » déglutit Pete en se trainant difficilement vers sa voiture.
Le militaire rejoignit Sam sur le perron et ils rentrèrent tranquillement dans la maison de la jeune femme. Sam verrouilla la porte derrière eux et invita Jack à retourner dans le salon.
- « Comment allons-nous faire Jack ? » demanda la militaire. « Nous n’avons toujours pas le droit. »
- « En fait, j’ai eu une petite conversation avec Hammond juste avant le briefing. » sourit le militaire en se rapprochant doucement de Sam.
- « Et ? » demanda la jeune femme en se laissant faire.
- « Et si tu en as envie, nous avons le droit. » avoua Jack en passant ses bras autour de la taille de Sam.
- « Vraiment ? »
- « Oh oui. Encore des questions à poser ? » sourit le militaire en approchant son visage de celui de sa désormais compagne.
- « Non. Juste embrasse-moi. » demanda-t-elle, les yeux brillants de bonheur.
- « A vos ordres Major de mon cœur. »
Le baiser qu’ils échangèrent fut doux et rempli d’amour. Lorsqu’il prit fin, ils restèrent front contre front, un sourire inscrit sur leur visage.
- « Je t’aime Jack. »
- « Je t’aime encore plus Sam. »
La jeune femme s’éloigna légèrement de son homme et lui attrapa la main pour le mener jusqu’à la chambre.
- « Hum, Sam. Pas que je n’en ai pas envie mais tu es sûre ? » demanda Jack, ne voulant pas qu’elle se sente obligée.
- « Oh que oui. Ca fait sept ans que j’attends ca alors je n’ai pas besoin d’attendre plus longtemps. » sourit Sam, attendrie devant tant de sollicitude.
Arrivés dans la chambre, Jack s’approcha doucement de la jeune femme et se pencha pour l’embrasser. Tous leurs gestes transpiraient l’amour qu’ils se portaient et les deux militaires prirent le temps de se découvrir avec tendresse et passion mêlées.
Après des ébats longs et passionnés, ils s’endormirent le sourire aux lèvres en sachant, que plus jamais ils ne vivraient l’un sans l’autre.

FIN

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?