baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Rencontrer le grand amour > Chapitre 18 : Repos

Chapitre 18 : Repos

Titiasyl, dimanche 21 septembre 2014

Au final, Samantha avait passé trois jours complets dans son lit.
Sous les recommandations du médecin ainsi que celles d’Eléanor, la jeune fille n’avait eu d’autre choix que de se reposer un maximum.
En même temps, elle avait été tellement fatiguée qu’elle n’avait pas cherché à discuter.
A chaque repas, elle avait reçu la visite de la matriarche alors que celle-ci souhaitait constater l’évolution de son état de santé.
- « Alors, comment vas-tu aujourd’hui ? » demanda la vieille dame.
- « J’ai encore mal à la gorge. » souffla Samantha.
- « Tu es toujours fatiguée ? » voulut savoir Eléanor en observant la jeune fille, enfin surtout les cernes qu’elle arborait.
- « Oui, je dors beaucoup mais avec ma toux… » commença l’adolescente.
- « Tu as le sommeil agité. » sourit la matriarche.
- « Oui, c’est ça. » soupira Samantha.
- « Tu vas prendre ton médicament et ensuite, je veux que tu boives ton bouillon. » ordonna gentiment Eléanor « Cela fait plusieurs fois que les serviteurs me disent que tu ne manges quasiment pas. »
- « Je n’ai pas faim. » expliqua la jeune fille, fatiguée.
- « Eh bien, je voudrai que tu te forces un peu, Samantha. » la gronda gentiment la vieille dame « Il te faut manger pour reprendre des forces et aller mieux. Je ne te demande pas de finir ton plateau mais d’en manger au moins la moitié. D’accord ? »
- « D’accord, j’essaierai. » répondit Samantha en regardant son repas.
- « C’est bien. » sourit Eléanor en se relevant « Je vais te laisser maintenant. Et pense à bien te reposer. »
La jeune fille acquiesça d’un signe de tête avant de commencer son repas.
Quelques minutes plus tard, alors qu’elle avait posé le plateau sur la table de nuit, Samantha entendit des pas se rapprocher de la porte de sa chambre.
Reconnaissant la façon de marcher de Richard, elle se coucha rapidement et fit semblant de dormir comme lui avait dit Eléanor.
Le patriarche donna quelques coups contre la porte et se permit tout de même d’entrer dans la pièce pour s’approcher ensuite du lit.
Une fois près d’elle, il prit place sur la chaise placée à côté du lit et l’observa avec attention.
Les yeux fermés, la jeune fille se demandait pourquoi il venait la voir dans la chambre.
De son coté, Richard ne quitta le visage de la jeune fille des yeux. Quelque chose le dérangeait chez cette enfant.
En effet, il avait l’impression que l’attitude de Samantha n’était pas naturelle. Il pressentait qu’elle était une jeune fille gaie et lumineuse, chose qu’elle n’était absolument pas dans sa demeure.
Pourtant, plus il l’observait endormie et plus il constatait que son visage était paisible et très joli à regarder.
Des doutes commencèrent à se former dans la tête du patriarche concernant les fiançailles de Samantha et Darragh.
Avait-il raison de les marier ?
Darragh était-il fait pour elle ?
Et s’il s’était trompé ?
Non, impossible. Lui, Richard O’Neill ne faisait jamais d’erreur… et espérait que cette décision ne dérogerait pas à la règle.
Sur ces dernières réflexions, le patriarche se leva et quitta la pièce en silence.
Etant de nouveau seule dans sa chambre, Samantha ouvrit les yeux et s’assit en soupirant dans son lit.
Afin de ne pas rester sans rien faire, la jeune fille prit le livre sur la table de chevet et commença sa lecture.
Au bout de quelques pages, elle sentit la fatigue monter en elle alors qu’elle décida de fermer le livre et de le poser à côté du lit.
Elle se rallongea et s’endormit profondément dans les secondes qui suivirent.
Quelques minutes plus tard, la porte de la chambre s’ouvrit alors qu’une personne entra dans la pièce.
- « Réveillez-vous, feignante ! » fit méchamment Darragh en secouant la jeune fille pour la réveiller et lui jetant le trousseau sur le lit.
- « Mais…. » commença Samantha avant de se prendre une gifle.
- « Fermez-la ! » gronda le fils ainé « Vous vous êtes assez reposée ! Je veux vous voir broder au lieu de lire. »
- « Le docteur a dit… » essaya une nouvelle fois de parler la jeune fille.
- « Je me contrefous de ce que le médecin a dit ! » s’énerva Darragh en l’attrapant par le cou « Vous allez broder et me terminer ce trousseau rapidement afin que nous puissions nous marier ! »
De terreur, Samantha ne put qu’acquiescer d’un signe de tête, alors qu’elle se rassit dans le lit avant de prendre sa broderie en main.
Fier de lui, Darragh quitta la chambre et retourna vaquer à ses occupations.
Une fois seule et en pleurs, la jeune fille posa son ouvrage près d’elle avant de soulever les couvertures et de quitter le lit.
Le plus silencieusement possible, elle alla ouvrir la porte et quitta sa chambre dans l’espoir de pouvoir fuir cette maison.
Une fois dans le couloir, elle finit par tomber sur Eléanor, alors que celle-ci fut plus que surprise de la trouver hors de son lit.
- « Mais que fais-tu debout, Samantha ? » s’étonna la matriarche avant de s’inquiéter en voyant les larmes sur les joues de la jeune fille.
- « S’il vous plait, laissez-moi partir d’ici. » implora Samantha en se tenant au mur tellement elle était faible.
- « Ma chérie, tu dois retourner au lit. Tu n’es pas en état d’aller où que ce soit. » déclara gentiment Eléanor.
- « Je ne veux pas me marier avec votre fils. Je veux partir d’ici. » pleura la jeune fille.
- « Allons dans ta chambre. » fit la matriarche en obligeant Samantha à la suivre.
En même temps, la jeune fille était si malade qu’Eléanor n’eut aucun mal à la reconduire dans sa chambre avant de la remettre au lit.
- « Ecoute, Samantha. » fit la matriarche en remontant les couvertures sur celle-ci avant de s’asseoir sur le lit « Je te promets de faire tout ce que je peux pour que Richard change d’avis à propos de ce mariage. »
- « Mais ? » demanda la jeune fille alors qu’elle sentait qu’il y avait une suite.
- « Mais, je veux que tu restes dans cette maison et que tu continues à te soigner. » sourit la vieille dame. « Mon fils ainé est un abruti fini pour te traiter comme il le fait. Et je compte bien le prouver à mon époux. »
- « Je n’ai pas le choix de toute façon. » souffla la jeune fille avant de fermer les yeux.
La voyant endormie, Eléanor quitta la pièce en emportant le trousseau avec elle, bien décidée à faire annuler ce mariage…

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?