baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Fanfictions > Rencontrer le grand amour > Chapitre 40 : En ballade

Chapitre 40 : En ballade

Titiasyl, lundi 10 novembre 2014

Samantha était accrochée au bras de Jack alors qu’elle ne cessait de regarder autour d’elle.
Le jeune homme la regardait faire avec plaisir tandis qu’il lui montrait les différents bâtiments de la ville.
- « Voici l’hôtel de ville. » fit Jack en lui montrant de la main.
- « Il est immense. » s’extasia la jeune fille « Colorado Springs est une grande ville je suppose ? »
- « Oui. La ville fait trois fois la taille et la population de Fountain Valley. » répondit le jeune homme, ravi qu’elle s’intéresse à la visite.
- « En effet, c’est bien plus important. » fit Samantha avant de remarquer un autre lieu « Oh, c’est magnifique. »
- « Quoi donc ? » questionna Jack en cherchant ce qu’elle pouvait bien regarder.
- « Ce bâtiment là-bas avec toutes ces colonnes sculptées. » l’informa l’adolescente en marchant vers celui-ci.
- « C’est le palais de justice. » sourit le jeune homme « Il a été construit il y a environ deux cents ans. »
- « C’est vraiment une très belle ville. » déclara Samantha, enchantée par sa visite.
- « En effet. Je… » fit Jack avant d’être interrompu.
- « Oh, il y a aussi un petit parc. » s’exclama la jeune fille avant d’ajouter, confuse « Veuillez m’excuser pour vous avoir couper la parole. »
- « Ce n’est pas grave. Ça ne me dérange pas. » sourit le cadet des O’Neill en la regardant avec chaleur.
Pendant leur promenade, ils finirent par passer dans la grande rue marchande alors qu’elle était étonnée de voir autant de boutiques au même endroit.
- « Dites-moi Samantha. » fit Jack surpris de la voir ainsi « Vous sortiez beaucoup de la maison de votre père ? »
- « Seulement pour aller faire les courses au marché en bas de la rue. » fit la jeune fille tristement « Le reste du temps, je n’avais pas le droit de sortir. »
- « Mais que faisiez-vous dans ce cas ? » demanda le jeune homme « Vous deviez trouver le temps long non ? »
- « Non, je n’en avais pas le temps. » souffla l’adolescente « J’avais beaucoup de choses à faire. »
- « C’est-à-dire ? » fit Jack en fronçant les sourcils, et voulant une réponse à ses questions.
- « Je m’occupais de la maison, de la cuisine, du ménage et de la lessive. » répondit enfin Samantha.
- « Vous étiez la bonne de la famille. » résuma en quelques mots le jeune homme.
L’adolescente ne put répondre alors qu’elle baissa la tête de douleur.
Ne souhaitant pas alourdir l’ambiance, Jack lui intima de continuer à marcher alors qu’ils finirent par passer devant une boutique de dessin.
- « Attendez-moi ici. Je reviens tout de suite. » fit rapidement le jeune homme en entrant dans le magasin.
Sans un mot, Samantha attendit son retour alors qu’elle ne regarda même pas où il était entré.
Jack ressortit à peine quelques minutes plus tard en tenant un petit paquet dans ses mains.
- « Allons-nous asseoir un moment dans le parc un peu plus loin. »

Obéissante, la jeune fille suivit son compagnon et prit place sur un banc sous son invitation.
- « Il fait un peu plus frais sous les arbres. Vous êtes bien ? » demanda Jack en la regardant.
- « Oui merci. » répondit doucement Samantha.
- « Tenez. » fit le jeune homme en lui tendant le paquet « C’est pour vous. »
- « Un cadeau pour moi ? » s’exclama l’adolescente « C’est pour cela que vous êtes entré dans la boutique ?
- « Un cadeau pour vous en effet. » sourit Jack « Et oui, c’est pour cela que je suis entré de le magasin. Pourquoi cette question ? »
- « J’ai pensé que vous aviez honte de moi pour entrer seul. » répondit la jeune fille tristement en regardant son cadeau.
- « Honte de vous ? Pourquoi diable avez-vous pensé cela ? »
- « A cause de la façon dont mon père m’a… »
- « Rahhhh ! » gronda Jack en agitant son doigt « Cessez de penser des âneries ! Votre père est un abruti pour vous avoir traitée ainsi. Et je n’ai aucune raison d’avoir honte de vous. Qui pourrait avoir honte de vous voyons ? »
- « Mon père ! » lâcha Samantha une larme coulant sur sa joue.
- « Un abruti doublé d’un imbécile ! » maugréa le jeune homme en essayant délicatement de son doigt la joue de l’adolescente. « Allez, ouvrez votre cadeau. »
D’un sourire, la jeune fille reporta son attention sur le paquet et défit délicatement le papier.
- « Un carnet à dessin et des fusains ! » s’exclama Samantha, heureuse « Merci beaucoup pour ce présent. Cela me fait très plaisir. »
- « C’est un plaisir pour moi de vous l’offrir. » sourit Jack, ravi de la voir si souriante « Mais nous devrions rentrer maintenant. L’heure tourne. »
Gaiement, ils prirent la direction de la demeure O’Neill alors que le jeune homme ne put s’empêcher de penser à une petite chose.
- « Vos effets personnels ne vous manquent pas ? »
- « Je ne possède rien hormis votre présent. » répondit doucement Samantha.
- « Pas même une poupée ou autre cadeau ? » s’étonna Jack en fronçant les sourcils.
- « Non. Vous êtes le premier à m’offrir un cadeau depuis le décès de mon frère. » souffla la jeune fille « Et mon père a brulé tout ce qu’il m’avait offert. »
- « Je suis navré d’avoir posé une telle question. Je ne voulais pas remuer de souvenirs douloureux. » répondit le jeune homme en resserrant sa prise sur la main de la jeune fille posée sur son bras.
- « Vous ne pouviez pas savoir. » sourit Samantha afin de lui montrer qu’elle ne lui en voulait pas puis changeant de sujet « J’ai aimé faire cette promenade. »
- « Nous en referons d’autres si vous le désirez. » sourit Jack alors qu’ils passaient l’entrée du domaine.
- « J’en serai heureuse. » répondit la jeune fille radieuse avant de se précipiter dans sa chambre déposer son cadeau.
Elle retourna ensuite dans le salon rejoindre Jack et Eléanor.
- « La promenade était bonne ? » demanda la matriarche le sourire aux lèvres de les voir si pensifs tous les deux.
- « Oh oui. » s’exclama Samantha radieuse « Jack m’a fait visiter la ville, montré pleins de beaux endroits et m’a offert un cadeau. »
- « Un cadeau ? » demanda la vieille dame alors que sa protégée avait rougi.
- « Oui, un carnet à dessin et des fusains. » souffla la jeune fille, toujours le sourire aux lèvres.
- « C’est une excellente idée. » souligna Eléanor alors que la conversation entre les trois allait bon train.
La vieille dame avait finalement trouvé ce qui rendait sa protégée heureuse. Et elle avait bien l’intention que les choses restent ainsi !

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?