baniere

Accueil > Stargate SG-1 > Mes histoires > Drabbles > Drabbles à suite > Sabotages > Panique à bord

Panique à bord

Titiasyl, mercredi 26 novembre 2014

Le colonel Carter et le général O’Neill se trouvaient ensemble dans les couloirs de la base.
Les deux amis venaient de terminer une réunion importante et ils se dirigeaient gaiement vers le mess, afin de prendre un bon café.
- « Tu sais que Felger est prêt à tout pour impressionner le colonel Carter ? » fit un militaire à un de ses collègues.
- « Ah oui ? » ricana l’homme « Et il a trouvé quoi cette fois-ci ? »
- « Il a dit qu’il voulait apprendre à se servir d’un Zat. » raconta le premier. « Mais il va devoir aller à l’armurerie pour en avoir un. »
Jack et Sam se figèrent sous les paroles des deux hommes avant de se regarder, terrifiés de savoir Felger dans ce lieu.
Sans même avoir besoin de se concerter, ils partirent en courant le plus rapidement possible tout en espérant arriver avant le scientifique.
Arrivés sur place, les deux amis s’approchèrent avec méfiance de l’armurerie alors que la porte était grande ouverte.
A peine à l’entrée de la pièce qu’ils furent violemment poussés et la porte refermée.
- « Ah non, ça ne va pas recommencer ! » s’énerva la jeune femme, furieuse d’être une nouvelle fois prise au piège.
- « J’aimerai bien savoir ce qu’il se passe quand même dans cette base ! » gronda à son tour le chef de la base.
- « Et comment on va sortir de là maintenant ? » réfléchit Sam en regardant autour d’elle.
- « Je pourrai essayer de défoncer la porte avec mon épaule ? » Proposa Jack en grimaçant déjà.
- « Heu, mon général, c’est une porte blindée. » fit la militaire « C’est votre épaule que vous allez défoncer si vous tapez dans cette porte. »
- « Hum, on la zatte dans ce cas ? » sourit le général en prenant l’arme en main.
- « Et comment justifierons-nous l’absence de porte à l’armurerie ? » répondit le colonel, perplexe.
- « Et si nous passions par le conduit d’aération ? » demanda Jack en levant la tête.
- « Très bonne idée. »
- « Après vous. » fit Jack après avoir ôté la grille avant de la poser sur le sol et se tournant vers sa collègue
- « Non mais ça va pas. Après vous. » grogna Sam « Comme ça, vous ne me reluquerez pas les fesses. »
- « Comme si j’avais besoin d’être dans un conduit pour pouvoir vous reluquer les fesses. » fit le général en entrant dans le tunnel.
La jeune femme rougit puis le suivit afin de quitter l’armurerie alors qu’elle profitait du spectacle s’offrant à elle…

Pour accéder aux commentaires : Connexion

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?